Press / Medias

YSOPIA Bioscience : Restaurer le microbiome pour soigner !

Apr 14, 2022

page1image50646896   page1image50650224 
Fabrice Guez, CEO et CFO d’Ysopia Bioscience
Observation au microscope de la morphologie de bactéries

Fondée en 2010 (ex-LNC Therapeutics), cette société française s’est spécialisée dans la recherche et le développement de biothérapies innovantes utilisant les propriétés des souches bactériennes clés du microbiome intestinal. Son premier produit, Xla1, sa biothérapie phare qui cible l’obésité et les maladies métaboliques associées, vient de finir avec succès son essai clinique de phase 1.

Une belle avancée ! Depuis notre dernier article paru en juin 2018 (Gazette n°243), la société de Nouvelle-Aquitaine a changé de nom en septembre 2020, pour devenir Ysopia Bioscience, afin de marquer sa transitionvers le stade clinique de développement, et le lancement de sa première phase clinique chez l’homme pour Xla1, sa biothérapie phare qui cible l’obésité et les maladies métaboliques associées. Le passage aux étapes cliniques du développement d’un produit est une étape clé dans l’évolution de cette société, d’autant plus que les premiers résultats obtenus récemment sont très prometteurs. Par ailleurs, la société bordelaise a développé aussi ses activités et élargi son portefeuille de programmes de développement.

Développer des biothérapies avec les bactéries essentielles du microbiome

L’expertise d’Ysopia Bioscience consiste à identifier des bactéries essentielles du microbiote intestinal et à utiliser le rôle fondamental qu’elles occupent naturellement au sein d’un microbiome en bonne santé, pour développer des biothérapies vivantes à souche bactérienne unique. Ces bactéries « clé de voûte » du microbiome sont en effet particulièrement importantes : elles jouent un rôle clé dans le maintien de l’équilibre et dans le bon fonctionnement de l’écosystème microbien.

De nombreuses maladies chroniques présentent un déséquilibre du microbiome intestinal, que l’on appelle dysbiose intestinale. Cette dysbiose s’accompagne généralement de la disparition de ces fameuses bactéries clé de voûte.

L’approche d’Ysopia consiste à réintroduire ces bactéries, par voie orale et sous la forme de médicaments, dans le microbiome intestinale des patients, afin de réparer l’écosystème du microbiome et in fine restaurer les fonctions essentielles qui assurent une bonne santé chez l’être humain.

Christensenella est une de ces bactéries clé de voûte. Soulignons le fait qu’Ysopia Bioscience est la seule biotech au monde à exploiter son potentiel thérapeutique.

Les programmes de développement de biothérapies d’Ysopia ciblent des marchés à forts besoins médicaux, notamment :
– L’obésité, qui touche 650 millions de personnes dans le monde selon l’OMS, et les maladies métaboliques associées à cette condition. D’ici 2025, 1 milliard de personnes vivront avec l’obésité et il n’existe actuellement aucun remède. Il est urgent de trouver un traitement sûr et efficace contre l’obésité.
– La maladie de Crohn, une maladie inflammatoire chronique de l’intestin qui touche plus de 6 millions de personnes dans le monde.
– L’anxiété et la dépression
– Plusieurs indications en oncologie

La plateforme de R&D d’Ysopia repose sur une bibliothèque exclusive et unique de souches bactériennes caractérisées, protégées par de solides droits de propriété intellectuelle. De nouvelles souches y sont régulièrement ajoutées par le biais de découverte en interne et d’activités de licence. Ysopia Bioscience a choisi de développer des biothérapies monosouches basées sur une souche bactérienne soigneusement sélectionnée pour devenir un candidat médicament.

Pour mettre au point ses biothérapies innovantes, l’entreprise a établi un niveau élevé de procédures internes standardisées. Les processus de fabrication sont tous établis

Practices), établies par les agences règlementaires comme la Food and Drug Administration américaine (la FDA). Les études cliniques menées suivent également les normes GCP (Good Clinical Practices) établies par la FDA.

Quatre programmes de recherche dont un qui rentre bientôt en phase 2 clinique

Xla1, la biothérapie phare d’Ysopia est justement basée sur cette fameuse bactérie Christensenella. Xla1 vise le traitement de l’obésité et des troubles métaboliques associés à cette condition. La société bordelaise afinalisé le 2 décembre 2021 son essai de Phase 1 qui a démontré l’excellente sécurité et tolérabilité de ce candidat-médicament. Plus important encore : alors que cette étude de phase I ne visait qu’à démontrer l’innocuité de cette biothérapie, les résultats obtenus ont d’ores et déjà montré des premiers résultats très prometteurs en termes d’efficacité.

Cette étude de phase I, appelée CAUSALITY et qui portait sur 38 volontaires, dont 30 obèses ou en surpoids, consistait en l’administration orale quotidienne de la biothérapie Xla 1 pendant 12 semaines et incluait une période de suivi sans traitement de 4 semaines.

L’analyse poussée des données de CAUSALITY a ainsi révélé que Xla1 avait un fort impact positif sur des marqueurs de désordre métaboliques très communs chez les personnes en surpoids : le cholestérol, avec une diminution significative du taux de mauvais cholestérol dans le sang des volontaires évalués, et l’insulino-résistance, un marqueur permettant notamment d’évaluer les risques cardio-vasculaires. Ces premières données d’efficacité sont particulièrement prometteuses pour la suite du développement clinique de Xla1.

« Ces premières données d’activité biologique, observées dans une étude portant initialement sur la sécurité de notre traitement, sont plus qu’encourageantes pour le développement clinique à plus long terme de notre biothérapie innovante Xla1. » commente Frédéric Elustondo, Directeur des Opérations d’Ysopia Bioscience et responsable de l’étude CAUSALITY. « Ces premières preuves cliniques, qui mettent en lumière les raisons de croire en l’efficacité d’une biothérapie basée sur Christensenella dans le traitement de l’obésité, sont une première mondiale. Ces données nous serviront à optimiser le protocole de l’étude de phase II à venir. Nous sommes très enthousiastes et impatients de poursuivre l’étude des effets de Xla1 sur le microbiome intestinal et son impact dans le traitement de l’obésité et des troubles métaboliques associés. »

En parallèle, l’entreprise dispose d’un portefeuille de 3 autres programmes qui ciblent respectivement la maladie de Crohn, une maladie inflammatoire de l’intestin, la dépression et l’oncologie. Ces programmes se trouvent encore à des stades de développement préclinique.

Plusieurs partenariats fructueux

Soutenue par des investisseurs majeurs du capital risque, tels que Seventure Partners, et des Family Offices, Ysopia Bioscience entretient également des collaborations mondiales avec plusieurs institutions scientifiques et experts académiques de renom, afin d’assurer le plus haut niveau de standards dans le développement de ses biothérapies innovantes.

La société a établi des partenariats avec des équipes de recherche académique de premier plan, notamment l’INRAE en France, le Conseil National de la Recherche en Espagne (l’équivalent espagnol de l’INRAE) et l’Université de Bordeaux. Elle collabore également avec de nombreux industriels dans le monde, comme Bioaster ou Biose en France, Quay Pharma au Royaume-Uni ou Luina Bio en Australie.

Ysopia Bioscience est un membre fondateur de l’Alliance Promotion Microbiote, une initiative regroupant de nombreux groupes industriels, pôles de compétitivité et organismes de recherche, visant à promouvoir la filière microbiote et à faire de la France un leader européen du secteur.

Des ambitions portées par une solide organisation

L’équipe Ysopia Bioscience est composée d’une quinzaine de personnes aux profils variés et très complémentaires. Elle dispose en effet d’une très forte expertise et d’une vaste connaissance des domaines du microbiome et du développement de médicaments. La quasi-totalité des collaboratrices et collaborateurs présente un profil scientifique et la plupart sont PhD. Les équipes sont réparties sur 2 sites en Nouvelle Aquitaine.

La plateforme R&D est basée à Pessac (200 m2, dont 150 m2 de laboratoires et un accès à différentes plateformes techniques mutualisées au sein du bâtiment de la Plateforme Technologique d’Innovation Biomédicale) et les bureaux sont situés à Bordeaux (300m2).

Les laboratoires d’Ysopia sont organisés en 3 grandes aires d’activité, incluant la microbiologie (chambre anaérobie 2 manipulateurs ; un biofermenteur grands volumes), la biologie moléculaire (équipements standards : lecteur de plaques, thermocycleurs, hotte PCR, …) et la biologie cellulaire où se trouve l’équipement nécessaire à la culture de cellules eucaryotes (incubateur, post sécurité microbiologique).

Ces trois dernières années, des progrès majeurs ont été réalisés par Ysopia Bioscience sur :
– L’élargissement de son portefeuille de programmes de biothérapies, 
– Son expertise concernant les bactéries « clé de voûte » du microbiome intestinal, notamment Christensenella.
– Ses avancées du développement vers le stade clinique.

La société bordelaise compte désormais consolider ses activités, notamment par le biais de partenariats stratégiques, tant académiques qu’industriels, mais aussi s’assurer une place au soleil en devenant à terme un acteur majeur de l’industrie des thérapies basées sur les propriétés du microbiome intestinal.

M. HASLÉ

https://www.gazettelabo.fr/index.php

 

In the same category

Press / Medias

Seventure Partners : Une croissance continue dans le secteur du microbiome en 2021 qui va se...

Mar 15, 2022

more +
Press / Medias

Inria partage son expertise avec la biotech bordelaise Ysopia

Feb 2, 2022

more +
Press / Medias

Bioworld – In the clinic for Dec. 3, 2021

Dec 3, 2021

more +

YSOPIA Bioscience © 2022 - all rights reserved terms and conditions